Publier un livre

Pour plusieurs, le domaine de l’édition demeure confus. Il est parfois difficile de différencier l’édition traditionnelle, l’édition à compte d’auteur et l’autoédition. On se perd entre les droits d’auteur, les redevances, les licences et le copyright. Voici les particularités de chacun de ces modes de publication. 

L'édition traditionnelle

L’édition d’un livre consiste en la réalisation de toutes les étapes permettant la publication d’un livre à partir du manuscrit d’un ou de plusieurs auteurs.

Le manuscrit de l’auteur doit d’abord être saisi (mis à l’ordinateur en traitement de texte) puis corrigé par un réviseur professionnel. Ensuite, on fera la mise en page finale au format du livre et on créera le concept graphique de la couverture. Finalement, le tout sera imprimé et relié pour donner un livre tel que nous le connaissons.

Vous devez d’abord trouver un éditeur qui publie des livres dans votre domaine d’écriture. Fouillez les livres en librairie pour obtenir leurs coordonnées ou encore, faites une recherche sur internet, la plupart y ont un site très explicatif. Ensuite, contactez-les pour savoir comment vous devez leur présenter votre manuscrit, et quelles sont vos possibilités de publication. Vous ferez ainsi un tri, ce qui vous évitera des frais inutiles de photocopie et de poste.

Les éditeurs consciencieux et professionnels ne font jamais cela. Mais il y a des gens malhonnêtes dans tous les domaines, y compris dans l’édition. Sachez que le copyright vous protège du plagiat, et ce, de façon automatique au Canada. Le certificat d’enregistrement des droits d’auteurs vous donne une protection supplémentaire en vous soustrayant du fardeau de la preuve en cas de poursuite judiciaire. L’idéal consiste à ce que vous expédiez (à vous-même) votre manuscrit sous pli recommandé et de ne pas l’ouvrir. La date figurant sur l’envoi prouvera hors de tout doute que vous êtes effectivement le réel auteur de cette œuvre.

Le copyright est le droit exclusif de reproduction d’une œuvre. L’auteur est le premier détenteur de ce droit. Il peut donner une licence à un éditeur (pour un territoire, une langue, un format de reproduction et une durée donnée) ou lui céder complètement ses droits de reproduction et d’adaptation. Le droit moral de modifier l’œuvre demeure toujours à l’auteur. La licence ou la cession des droits donne lieu, selon les modalités du contrat, à des redevances à l’auteur.

Chaque éditeur a ses critères de sélection. En général, les éditeurs reçoivent beaucoup plus de manuscrits qu’ils peuvent en publier. Ils retiennent ceux qui cadrent avec leur ligne éditoriale et qui, selon eux, présagent de bonnes possibilités de vente. Un texte bien écrit, votre notoriété ainsi qu’un sujet pertinent traité de façon originale sont très souvent des atouts en votre faveur.

Cela varie d’un éditeur à l’autre. En général, ce processus est assez long en raison de la quantité de manuscrits reçus par les éditeurs. Vous pouvez facilement attendre un à deux mois, sinon trois, avant de recevoir une réponse.

Lorsqu’un éditeur retient votre manuscrit, il vous propose un contrat. Lisez bien toutes les clauses, car on peut vous demander de modifier la longueur de votre texte, de changer le titre et autres. Vérifiez la place que vous aurez pour dire votre mot sur la réalisation de chacune des étapes, les délais de publication et l’étendue de son réseau de distribution. Il y aura aussi une clause sur les redevances de droits d’auteur que vous versera l’éditeur. Voyez aussi combien vous obtiendrez de livres gratuitement et à combien vous devrez acheter les autres. Vous pouvez toujours négocier un contrat. Si vous arrivez à une entente, le contrat est signé. Sinon, il ne vous reste plus qu’à poursuivre vos recherches ailleurs.

Les droits d’auteur sont ceux que possède originairement le créateur d’une œuvre. Ils sont automatiquement protégés par le copyright au Canada, pour une œuvre publiée ou pas. Lorsque vous signez un contrat avec un éditeur, il achète le droit de reproduire votre œuvre contre des redevances déterminées.

Regardez attentivement les clauses monétaires du contrat. Habituellement, un éditeur finance entièrement l’édition d’un livre. En contrepartie, il vous versera des redevances pour vos droits d’auteur. Cependant, toutes les ententes sont possibles et certains éditeurs demandent la participation financière de l’auteur en échange d’un plus grand nombre de livres gratuits ou de meilleures redevances. Habituellement, les redevances de droits d’auteur se chiffrent à 7 à 8 % des ventes du livre. Cependant, elles peuvent être aussi basses que 0 % ou atteindre, dans certaines circonstances 12 %.

L'édition à compte d'auteur

Oui, cela se fait de plus en plus. Avec l’avènement de l’informatique à la maison, les possibilités d’édition sont grandement facilitées. Vous publiez vous-même vos livres et devenez par conséquent officiellement l’éditeur. On appelle cela de la publication à compte d’auteur ou de l’autoédition.

La publication à compte d’auteur implique que l’auteur paye les frais d’édition (les comptes). Elle peut se faire chez un éditeur qui accepte cette formule. Ce dernier reste alors l’éditeur et applique sa politique éditoriale. Une entente entre l’auteur et l’éditeur détermine les modalités.

Ces deux expressions sont parfois confondues. Quand l’auteur s’occupe de l’édition par lui-même et devient son propre éditeur, on parle alors d’autoédition. Cela reste cependant de la publication à compte d’auteur, car c’est encore lui qui paye. L’auteur n’a cependant pas de comptes à rendre à un éditeur, il est maître de son projet. Notre maison d’édition, Les carnets de Dame Plume, offre une avenue supplémentaire, les services d’édition. De cette façon, vous restez maître de votre projet et vous vous assurez une publication de qualité sans avoir le souci de tout faire par vous-même.

Quiconque se sent apte à se lancer dans l’aventure peut le faire. Vous devrez alors réaliser chacune des étapes d’édition. Il faut cependant savoir que cela nécessite beaucoup de temps, de travail et de connaissances pour arriver à un résultat de qualité sans payer un prix exorbitant.

Nombre d’auteurs décident de publier leur livre par eux-mêmes. Ils ont ainsi toute la latitude pour choisir une mise en page à leur image, garder le titre qu’ils trouvent le meilleur et mettre sur la couverture leur image préférée. Mais il y a aussi des inconvénients.

Faute de ressources et de connaissances appropriées, nombre d’auteurs qui se lancent aveuglément dans l’autoédition n’arrivent pas à réaliser un livre satisfaisant. L’auteur risque de produire un livre de qualité douteuse et à prix trop élevé. Cela arrive trop souvent.

La meilleure solution pour vous est de publier votre livre en service d’édition. Nous offrons ce service d’édition c’est-à-dire de la conception et de la publication. 

Notre service d’édition est la meilleure solution pour vous. Nous réaliserons pour vous un livre de qualité professionnelle que vous pourrez vendre directement à votre auditoire. Vous n’aurez aucuns frais d’intermédiaire et vous récupérerez rapidement votre investissement initial. Les ventes subséquentes seront un profit direct pour vous.

C’est un numéro composé de 13 chiffres qui est essentiel pour la vente en librairie. Lorsqu’on met un numéro ISBN dans un livre, il faut envoyer des copies à la bibliothèque nationale du Canada et à la Bibliothèque nationale du Québec. Les bibliothèques préservent tous les livres, ce sont des archives où sont conservés tous les livres publiés.

La publication en collectif d’auteurs

C’est une excellente solution pour les auteurs qui n’ont pas suffisamment de texte pour faire un livre ou pour ceux qui ont un budget limité et qui voudraient partager les pages d’un livre ainsi que les coûts de réalisation.

Les coûts fixes sont généralement partagés proportionnellement entre chaque auteur selon le nombre de pages qui lui sont attribuées. Cela permet d’obtenir un prix unitaire par livre et par auteur, avant impression. Ce nombre est ensuite multiplié par le nombre d’exemplaires du livre que désire chaque auteur, pour répartir équitablement les frais d’impression. Toute autre entente pourrait être négociée entre les auteurs, au besoin.

En principe, non, puisque les livres que vous avez reçus vous appartiennent. Vous les avez payés, vous gardez donc tous les revenus des ventes que vous effectuerez par vous-même. Le partage s’est déjà fait avec la répartition des livres. Si vous avez plus de livres que les autres (à nombre égal de pages), vous avez payé plus et vous pouvez donc en vendre plus. Pour les ventes en librairie, une entente spécifique à chacun des cas doit être prise entre les auteurs.

La publication par collectif d’auteurs est avantageuse pour ceux qui ne veulent pas investir beaucoup dans le projet et qui ne croient pas pouvoir vendre beaucoup de livres. L’édition comporte de nombreux coûts fixes qui s’amortissent avec le tirage. Il n’est pas rentable de publier un livre à 200 exemplaires pour un auteur, mais si 5 auteurs se regroupent et prennent 200 livres chacun, cela coûtera beaucoup moins cher par personne et par livre.